Modelisation : Le draft sur papier d’abord

papierPas de description technique dans ce billet, et pour une fois une petite recette de conception.

Aujourd’hui nous sommes tous submergés par les outils de modélisation hyper spécialisés et inter-connectés. Pourtant, à chaque fois que je quitte mes écrans pour me poser quelques heures avec un crayon et quelques feuilles de papier le résultat est toujours plus productif.

C’est surtout le cas au début de la conception, en effet, à cette étape il s’agit de faire des essais, de poser ses idées pour les organiser et faire des choix importants. C’est dans ces moments précis que la simple feuille de papier est la plus utile.

Elle permet en effet de laisser libre cours à ses idées, sans être obligé de les adapter à l’outil.  Et comme pour moi le début de la modélisation d’une architecture se fait souvent via des croquis c’est un mode de fonctionnement idéal. En plus le fait d’être déconnecté pendant quelques heures permet souvent de se concentrer complètement sur son travail, idéalement couper également le téléphone et dans la mesure du possible essayer de vous isoler.

Ensuite vous pourrez partager votre vision, la corriger si besoin, mais cette phase d’analyse vous aura permis d’aller au bout de la réflexion.


google_whiteboard

En conclusion : Faite le test ! Lors de votre prochain choix important, posez vous loin de vos écrans et prenez le temps de mettre à plat votre problème sur une feuille blanche, vous verrez certaines idées se mettent en place beaucoup plus facilement et ce changement de point de vue vous permettra de mettre sur papier l’ensemble du problème et la solution idéale viendra naturellement à vous.

Tenez moi au courant, et si vous avez une autre technique, n’hésitez pas à nous en faire part !

Sur le même thème :

2 Responses to “Modelisation : Le draft sur papier d’abord”

  1. Julien says:

    C’est bien vrai ce petit billet, la feuille de papier est l’outil le plus pratique pour poser les choses clairement.

    Dans le même genre mais sur un écran (pas besoin de connection) j’utilise souvent un logiciel de Mind Mapping (le mien s’appelle Mind Node sous OSX, mais il en existe des centaines…).

    C’est vraiment très simple, pas besoin de temps d’adaptation. On part d’une idée, puis on créé des “noeuds” à chaque fois que l’idée de base nous inspire quelque chose, et ainsi de suite pour chaque noeuds créé.
    Au final, on se retrouve avec une “map” plus ou moins importante de nos idées ce qui permet de dénouer notre cheminement et de faire se rejoindre les choses. Pour ceux qui sont noyés dans leurs idées, c’est un très bon outil !

    Petite l’illustration de la chose: http://www.fpms.com.au/images/digram_mindmapping1.jpg

  2. Amine says:

    Comme disait mon prof d’archi SI : Un crayon et une gomme c’est tout ce qu’il vous faut!

Leave a Reply