79000 requêtes par seconde sur une base MySql

photo_sun_sparc_enterprise_t5440Traiter des dizaines de milliers de requêtes par seconde n’est pas une problématique courante. Que ce soit pour l’enregistrement du Loto ou du PMU, pour envoyer les SMS le 1er janvier  ou enregistrer les enchères sur Ebay, il existe en fait de nombreux cas de figure ou il est nécessaire de traiter des volumétries extrêmement importantes.

Auparavant le choix de plateforme s’orientait vers des systèmes propriétaires assez classiques (DB2, Oracle, Sybase ou encore Informix), mais de plus en plus, en surtout depuis le rachat de MySQL par Sun, cette dernière base de données arrive en challenger.

La problématique étant de savoir comment intégrer cette base, et quel est le support qui y sera associé. Enfin quels sont les coûts matériels associés pour obtenir les performances visées par l’applicatif. Beaucoup de question qui trouvent de plus en plus des réponses concrètes dans les derniers architectures mise en place par les spécialistes des hautes volumétries.

A ce titre je vous conseille la lecture de ce document, qui décrit justement cette problématique, et qui donne les résultats d’une étude sur du matériel Sun, équipé d’une machine Java 1.7 et un système de fichier ZFS. Les résultats sont assez impressionnants (attention c’est quand même un blog de Sun… et d’une machine très puissante !). Mais il faut noter que ce test a été réalisé sans optimisations particulière de l’OS ou de la base.

mysql_zfs_t5440

Encore une fois, il ne s’agit pas de généraliser, mais simplement de prendre en compte cette base de données dans vos réflexions dans le cas d’une migration ou avant l’achat d’une nouvelle licence propriétaire.

Comme d’habitude vos retours par mail ou commentaires sont les bienvenus.

Sur le même thème :

2 Responses to “79000 requêtes par seconde sur une base MySql”

  1. Cyril says:

    Tout simplement impressionnant comme benchmark

  2. [...] oui, ça représente un certain volume, pas étonnant que dans ces conditions les Ninja de chez Facebook optimisent le moindre octets dans [...]

Leave a Reply