Faut il utiliser un CDN (type Akamai) pour gérer son trafic web

akamai Pour gérer la haute disponibilité d’un service web il existe plusieurs techniques. Louer une prestation complète auprès d’un infogéreur, acheter et mettre en place sa propre architecture (datacenter, connectivité IP, serveur, load balancer, etc..) ou faire appel à un CDN (content delivery network ) comme Akamai.

schéma CDN

L’avantage c’est qu’il s’agit d’une prestation clef en main, une interface web pour gérer les paramètres techniques, une autre pour voir la consommation et les statistiques en quasi temps réel, et enfin la facturation. Car cette prestation a un coût important.

monitoring

Quel est le coût, est-ce rentable, les alternatives ?


Le coût minimal pour un prestataire comme Akamai est de quelques dizaines de milliers d’Euros (c’est en fonction du volume, quelques milliers d’Euros pour l’abonnement et ensuite c’est au Go, compter entre 5 et 10 Euros), en dessous, ça existe mais pas pour l’ensemble des prestations. Le strict minimum à quelques milliers d’euros vous permettra de pouvoir gérer de petits pics, mais la facturation du SetUp risque de vous arrêter.

Donc pour les sites rentrant dans les 20% de la loi de Pareto, cad, dans le cas de très gros volume, dans un groupe important (là ou le coût demandé par les infogéreurs est déjà important) un CDN peut être utile. Mais si vous n’avez pas une couverture internationale et que votre site est bien optimisé vous avez tout intérêt à ajouter des serveurs à votre infrastructure. Sauf si l’hébergement n’est pas, et ne doit pas devenir votre métier, mais nous sortons des considérations techniques…

akamai roi

Il convient quand même de regarder ce graphique d’Akamai, le retour sur investissement est important mais avec 1500 Euros par serveurs/mois et 150 Euros le Mb/sec en bande passante… ils peuvent effectivement promettre de belles économies… Et encore je ne compte pas les 800 Euros de licence applicative par serveurs et par mois !!!

Redescendons sur terre, et stratégiquement vous pouvez aussi réfléchir à l’optimisation, ou même demander une prestation pour optimiser votre architecture (en utilisant par exemple memcached). Sur le long terme vous serez gagnant. Dernier point essayer d’être en direct opérateur pour votre connectivité IP.

Enfin, il reste Amazon, mais sur des grosses volumétrie en bande passante (pas en terme d’espace disque) les solutions maison sont également plus économiques. C’est étonnant vu les prix, mais en regardant de très près une architecture bien optimisée et plus rentable.

Tarifs Amazon :

tarifs amazon S3

De mon point de vue et sauf exception, une bonne architecture, bien optimisée et donc la meilleure solution pour gérer son site.

Update : Novembre 2008 : Amazon lance son offre de CDN !

Sur le même thème :

5 Responses to “Faut il utiliser un CDN (type Akamai) pour gérer son trafic web”

  1. [...] type, et également des sociétés spécialisées dans le test ou le monitoring. Et comme pour un CDN certains cas exigent de faire appel à un véritable professionnel. Dans ce domaine witbe est assez fiable (mais un peu cher sur les grosses configurations)…à [...]

  2. [...] regard de la disponibilité constatée. Même si peu d’hébergeur peuvent garantir le 100% (sauf peut être certains CDN et quelques gros hebergeurs US ) pour les deux leaders du secteur du Cloud Computing nous ne [...]

  3. [...] Séparer les contenus dynamiques et statiques : Vous pourrez plus facilement les gérer grâce à des reverse proxy ou via un CDN. [...]

  4. [...] Il existe plusieurs fournisseurs de CDN et franchement, c’est pas donné… un exemple ici. [...]

  5. Joseph says:

    L’article suggère que les CDN ne fournissent que des prestations d’accélération de site, mais ils peuvent aussi et seulement diffuser un certain type de fichiers (type vidéos) qui sont lourds et populaires et requièrent qualité et fiabilité. De façon à soulager le trafic et donc à économiser la bande passante. Il est vrai que ce n’est pas la spécialité d’Akamai, mais plutôt de CDN de “nouvelle génération” type Velocix, qui se sont en fait spécialisés dans ça avec des modes de diffusion alternatifs (multisource, hybride p2p).

Leave a Reply